La station Arts électroniques quitte le campus de Rennes 2… L’occasion d’un nouveau ou d’un dernier souffle !

Rennes- New York

L’art vidéo, en tant qu’expression artistique, naît officiellement au début des années 60. Deux artistes FluxusNam June Paik et Wolf Vostell, introduisent l’image électronique dans la sphère de l’art contemporain. 1963 marque le début de cette pratique avec une installation de Paik qui dispose sur le sol d’une galerie 13 téléviseurs préparés pour la distorsion d’images. Trente ans plus tard, deux étudiants rennais créent une association dans le but de promouvoir les arts électroniques, notamment l’art vidéo. La Station Arts Electroniques voit le jour dans le campus de Rennes 2. En revanche, son activité n’est pas limitée à l’université ; « (La Station) se veut avant tout accessible et novatrice ». En février 1993, elle organise l’exposition de la plasticienne Catherine Ikam à l’Institut Franco-américain. Celle-ci mettait en jeu l’environnement virtuel de New York par l’intermédiaire de la statue de la Liberté modélisée en 3D, accompagnée d’une ambiance sonore prise dans divers lieux de Manhattan. Cette installation a un double impact pour l’association puisqu’ elle affirme le choix porté sur la vidéo – vis-à-vis des autres arts électroniques- et pour son image… à partir de ce moment, la statue de la Liberté devient son logo.

Dès le mois de novembre, avec les Saison Vidéos, la Station se donne pour mission de démocratiser les arts électroniques. L’université de Rennes 2 et l’école des Beaux Arts deviennent le théâtre d’un rendez vous mensuel avec des films réalisés par des vidéastes du monde entier, tandis que l’institut Franco-américain se transforme en point d’information sur la production américaine dans la matière. Ces Saisons vidéos préparent le terrain pour les Rencontres d’Arts Electroniques, une opportunité pour le public de découvrir gratuitement la création contemporaine internationale. Elles ont lieu pour la première fois en janvier 1995, autour de la thématique « la place du spectateur dans les arts électroniques ». Avec les Rencontres, l’association ne se contente plus de promouvoir les arts électroniques par la simple diffusion. Dorénavant, elle l’accompagne par l’explication de la démarche artistique : les rencontres, conférences et projections se font en présence de l’artiste. En 2001, l’activité principale de l’association tourne autour de l’émotion digitale. Les Rencontres Arts Electroniques se transforment en « Rencontres E-motion ». Toutefois, celles-ci n’ont lieu que l’année suivante, fautes de subventions. Dans sa première édition, le festival « E-motion » propose le projet Ondes numériques, en partenariat avec Radio Campus Rennes et Radio Campus Bruxelles, où les participants ont accès à plusieurs ateliers mettant en jeu la création expérimentale et sonore avec l’outil Internet. Celui-ci déboucha sur la création d’une radio éphémère sur le Web. L’activité de la Station se voit concurrencer par l’arrivée du festival Meeting -première édition- en 2002, organisé par les étudiants de l’école des Beaux Arts. Cela marque le déclin de l’activité de l’association et son « enfermement » dans l’université, où ils apportaient leur savoir faire aux autres associations. Par exemple, pour le K-Barré -festival de la création étudiante, université de Rennes 2- la Station était chargée de la communication du festival (site Web et programmes). Toutefois, l’association n’a pas laissé de coté la vidéo…quelques mixes ont été organisés -au bar 1929 et en avril 2005 pour le festival Roulements de Tambour-, accompagnés d’un Vj, qui mixait des images d’archives. Cette idée a été reprise pour la première partie du drive in, en partenariat avec Radio Campus Rennes. En 2005-2006, la Station a organisée des projections de vidéos, de cinéma expérimental (en pellicule) et des documentaires de type cinéma. Elles se sont déroulées à la bibliothèque de Rennes 2 et étaient accompagnées d’un résumé explicatif (courant, la démarche suivie par l’artiste…). Pour cette année universitaire, la Station art électronique n’a pas prévue d’activités. Elle a toujours fonctionnée autour d’un petit noyau, l’année dernière elle comptait avec 6 membres -dont 4 faisaient partie du bureau. Ces anciens membres ne sont plus assez disponibles pour s’en occuper à temps plein. La situation sera plus claire au mois de novembre. Dans tous les cas, la Station quitte l’université d’ici la fin de l’année 2006, l’occasion d’un nouveau ou dernier souffle…

Contacts :

Université Rennes 2 Haute-Bretagne Bâtiment EREVE Place du Recteur Henri Le Moal CS 24307 35043 Rennes cedex

station@uhb.fr