Samedi 19 novembre, départ du Fest-Noz Yaouank au Musik Hall, à Saint Jacques de la Lande, dès 16H30… 

Ce samedi 19 novembre, l’association Skeudenn bro Roazhon présente le plus grand Fest-Noz de Bretagne au MusikHall à partir de 16h30 et jusqu’à 6h.

« Skeudenn bro Roazhon », c’est l’image du pays de Rennes »… Instigatrice de Ar Yaouank, l’association est aussi une fédération regroupant une cinquantaine de structures sur le pays de Rennes. A la veille de son Fest Deiz distro Yaouank à l’Antipode, Assorennes a rencontré Glenn Jegou, son directeur.

Et on n’est pas dans de l’image d’Epinal ! L’association bretonne n’est pas dans une vision fantasmée ou erronée de la culture bretonne, loin de là. Structure moderne et définitivement tournée vers l’avenir, elle défend solidement ses principes et ses valeurs, tout en insufflant et distillant la culture bretonne sur l’ensemble du pays de Rennes. Que ce soit en musiques, danses ou sur le thème sensible de la langue bretonne, l’association est de tous les combats et n’a vraiment pas les deux pieds dans le même sabot.

Dans les années 70, la France connaît une grosse dynamique associative… La Bretagne n’est pas en reste. Le souhait fort de rassembler les bretons sur des projets communs est de plus en plus pressant et, début 80, de nombreuses associations se regroupent. C’est une première ! Défense de la langue bretonne, patrimoine, danses et cercles celtiques, on créé des liens, des passerelles, on concentre les efforts et l’émulation est payante puisque presque 40 ans après, la fédération est toujours là. Et toujours aussi vivace. Aujourd’hui, on compte 48 associations et plus de 4000 membres actifs sur le pays de Rennes.

Fin des années 90, l’UPRACB (Union du Pays Rennais des Associations Culturelles Bretonnes) se mue en Skeudenn bro Roazhon , signifiant « l’image du pays de Rennes« . La structure se professionnalise avec l’arrivée d’emplois jeunes… Aujourd’hui, l’association compte 3 salariés permanents : « Et nous sommes sur le point de créer un quatrième emploi… Le succès croissant de nos événements et la grosse dynamique que connaît le pays de Rennes apporte un réel essor à notre association. Actuellement, nous observons un réel regain pour la culture bretonne, comme ça a été déjà le cas en 1970 ou en 1990. » Glenn Jegou, directeur de Skeudennn, conte l’historique de sa structure avec ferveur.

En dehors de l’aspect fédérateur, Skeudenn bro Roazhon organise également Yaouank, le plus grand Fest Noz de Bretagne : « Yaouank est désormais une institution en Bretagne et même en dehors… En 10 ans, le festival a su conquérir son public. Cette année, 12,000 personnes de comptabilisées sur l’ensemble de l’événement… c’est quand même un signe de l’engouement populaire pour la culture bretonne. Un autre signe probant, c’est le nombre croissant d’enfants inscrits dans les écoles bilingues français et bretons Diwan. Les écoles Diwan sont présentes dans toutes les grandes villes bretonnes… la langue bretonne, ce n’est pas ou plus une affaire rurale ! Depuis 50 ans, la Bretagne s’est urbanisée et la langue bretonne aussi. Dans le courant du 20e siècle, la langue bretonne a été cassée parce que la France a beaucoup de mal à accepter ses nombreuses diversités culturelles constituées d’identités fortes. Aujourd’hui, il y a une certaine vitalité de cette langue, même si elle est en danger… En tout cas, la vie publique de la langue bretonne est inhérente à son existence. L’office de la langue bretonne (ofis ar brezhoneg) est d’ailleurs une de nos associations membres, comme Diwan bro Roazhon.  »

http://www.yaouank.com/

http://www.skeudenn.eu/